Le blogue

Habitation : le cerveau de la maison intelligente, c’est vous... pour le moment

C’est le constat qu’il est permis de faire maintenant qu’une première génération de ces objets connectés a déjà vu le jour et que leurs fabricants tentent d’en peaufiner l’utilité. Ça fait un peu plus de deux ans, déjà, que les premiers acteurs de ce créneau tentent de rassembler un peu tout le monde sous la forme d’un protocole de communication qui permettrait à divers objets, au premier coup d’œil peu apparentés, de communiquer entre eux par Internet.

Imaginez, donc, alors que vous êtes en voyage d’affaires à l’autre bout du pays, que la caméra de surveillance WiFi de votre entrée de maison soit dotée d’un capteur de mouvement qui, à l’approche d’un étranger, alerte le système d’éclairage, lequel allume et éteint quelques luminaires, de façon aléatoire, dans la maison. Ou, pourquoi pas, allume un téléviseur, histoire de créer l’impression que vous êtes à la maison. Ça ne manquera pas de décourager les éventuels cambrioleurs qui pensaient avoir affaire à une maison désertée par ses occupants...

Une porte d’entrée digne du 21e siècle

Ce concept, on s’en approche de plus en plus, même si on n’y est pas encore tout à fait. Cet hiver, la société Kevo, qui détaille une serrure électronique qu’on commande à partir d’un téléphone intelligent par connexion Bluetooth, a ajouté un pont WiFi à son catalogue. Cet accessoire se jumelle aux serrures compatibles présentes à proximité et les relie à une borne WiFi, puis à partir de là, à l’Internet. On peut donc désormais contrôler ses serrures de n’importe où dans le monde.

 Serrure intelligente

En même temps, une autre petite société américaine, appelée Ring, a mis en marché la plus récente version d’une sonnette pour la porte d’entrée à laquelle on a ajouté une caméra vidéo, un micro et un petit haut-parleur. Et une antenne WiFi, bien entendu.

 Objets connectés

Quand quelqu’un appuie sur le carillon de la sonnette vidéo Ring (c’est son nom), elle fait évidemment tinter la cloche, mais elle envoie aussi sur-le-champ une alerte à l’appareil mobile de votre choix. L’application affiche en direct la vidéo provenant de la caméra de la sonnette Ring, et il est même possible d’engager la conversation, à distance, avec l’interlocuteur. La sonnette vidéo Ring possède aussi un capteur de mouvement pouvant vous alerter de tout mouvement, suspect ou pas, survenant dans un rayon d’action pouvant aller des 3 mètres, directement devant elle, à beaucoup plus loin dans son champ de vision.

Objets connectés 2.0

Bref, voilà deux appareils, la sonnette Ring et la serrure Kevo, qui permettent, pour ainsi dire, de gérer à distance qui entre (et qui sort, pourquoi pas) de la maison. Jusqu’à tout récemment, ces deux accessoires, qui cohabitent à quelques centimètres de distance l’un de l’autre, n’avaient que très peu en commun.

Ça a changé quand les gens de Ring ont mis à niveau le logiciel de leur sonnette vidéo, lequel intègre désormais d’autres objets connectés populaires auprès des premiers adopteurs de ces nouvelles technologies. Ça inclut la serrure Kevo (commercialisée sous la marque Weiser, au Canada) ainsi que certains dispositifs d’éclairage (les accessoires WeMo de la société Belkin, notamment).

Ainsi, quand quelqu’un sonne à la porte, vous pouvez connaître son identité, d’un rapide coup d’œil, engager la conversation et déverrouiller la porte. Tout ça sans sortir de votre fauteuil. En fait, tout ça sans même être à la maison, puisque ça fonctionne à distance, par Internet, de façon instantanée. Pratique quand les enfants reviennent de l’école sans leur clé et que vous êtes encore au bureau... Ou si vous faites assez confiance au livreur de Purolator, qui vient déposer un colis fort attendu alors que vous êtes à l’étranger!

Ça peut sembler banal, mais c’est désormais possible, accessible à tous et abordable. Et surtout, c’est un pas de plus vers l’automatisation de certaines tâches domestiques, grâce à la magie d’Internet.

Prochaine étape : laisser votre maison reconnaître elle-même les gens qui se présentent devant elle et déverrouiller (ou pas) sa porte automatiquement. Ne riez pas, ça s’en vient : des caméras pouvant identifier les visages sont déjà mises en marché. Le temps que quelqu’un jumelle cette technologie à une serrure WiFi et à une sonnette à caméra vidéo n’est pas si loin.

 Et rendu là, le cerveau de l’opération, ce ne sera plus vous!

Auteur: Alain McKenna

Ajouter un commentaire
blog comments powered by Disqus
';

2016 sur quatre roues : une année électrique

Lecture : 5 minutes