28 Mars 2022

Vous entrez en collision avec un autre véhicule parce que le soleil vous a aveuglé. Êtes-vous couvert?

109476 12061 int_00_2203_427191_blogue_soleil.jpg public://int_00_2203_427191_blogue_soleil.jpg image/jpeg 83974 1 1648821277 int_00_2203_427191_blogue_soleil.jpg image  Array Array Array   Array 500 980

À l’approche du printemps, le soleil se montre de plus en plus éblouissant, surtout durant les périodes de pointe en fin de journée. Il nous est tous déjà arrivé d’être aveuglés par le soleil en conduisant, à un point tel où la visibilité devient nulle. Mais qu’en est-il si une telle situation entraîne une collision ? Votre assureur vous tient-il responsable des dommages à votre auto ? Voici quelques explications.

Aveuglé par le soleil : vous pourriez être responsable

La réponse courte à la question est la suivante : malheureusement oui, vous pourriez être tenu responsable des dommages dans une situation du genre. C’est ce que dit la Convention d’indemnisation directe, qui sert à établir la responsabilité des conducteurs au Québec pour ce type d’accidents.

Afin de déterminer la responsabilité des parties impliquées dans un accident visé par la Convention, les facteurs climatiques, comme l’éblouissement causé par le soleil, une chaussée glissante ou une visibilité réduite causée par une tempête par exemple, ne sont pas pris en compte. La Convention tient plutôt compte, entre autres, du mouvement et de la position des véhicules lors de l’impact.

Par conséquent, dans le cas d’un accident causé par un éblouissement, l’assureur ne tiendra pas compte du facteur « soleil » au moment d’établir le pourcentage de responsabilité du conducteur. Il se basera plutôt sur le type de collision survenue et sur les barèmes de responsabilité prévus dans la Convention.

Par exemple, si les deux véhicules circulent en sens inverse, mais qu’un de ces deux véhicules chevauche l’axe médian et qu’une collision survient, ce sera le conducteur du véhicule qui chevauchait l’axe médian qui sera tenu entièrement responsable de la collision, et ce, qu’il ait été ébloui ou non par le soleil.

En revanche, si la position des véhicules sur la chaussée ne peut être établie, et ce, selon l’axe médian, la responsabilité sera partagée 50/50 entre les 2 automobilistes. Il est d’ailleurs possible de simuler plusieurs scénarios par l’entremise du site web du Groupement des assureurs automobiles afin de comprendre les barèmes qu’utilise la Convention pour déterminer la responsabilité lors d’une collision.

La Convention présente même une section nommée « Divers », qui regroupe les barèmes en lien avec le non-respect de la signalisation, une collision durant la marche arrière et durant un demi-tour, l’ouverture d’une portière et même les collisions en chaîne, les carambolages et les collisions qui surviennent dans un stationnement.

En aucun cas, les barèmes de la Convention ne prennent en considération l’éblouissement causé par le soleil. Dans une situation du genre, on recommandera plutôt à l’automobiliste de porter des lunettes de soleil, ou encore d’utiliser les pare-soleil du véhicule. Dans les cas très extrêmes, une visibilité nulle ou une météo tellement hasardeuse qu’elle vous empêche de bien voir la route, il est suggéré d’activer les feux de détresse et de vous ranger sur l’accotement, dans la mesure où vous jugez qu’il est sécuritaire de le faire.