23 Septembre 2021

Le petit guide de la chasse au Québec

83241 7713 int_00_2109_403894_blog_chasseorignal.jpg public://int_00_2109_403894_blog_chasseorignal.jpg image/jpeg 113751 1 1632403339 int_00_2109_403894_blog_chasseorignal.jpg image  Array Array Array   Array 500 980

Avec la forêt qui couvre plus de la moitié de son territoire, le Québec est l’endroit rêvé pour pratiquer la chasse. Il n’est donc pas étonnant que la plus grande province du Canada compte environ un demi-million de chasseurs. Puisqu’elle a un rôle important sur les plans écologique, culturel et économique, la chasse est une tradition ancestrale étroitement encadrée dans la Belle Province pour assurer la sécurité de tous et la pérennité des espèces de gibiers.

Adeptes de chasse sportive de tous les niveaux, trouvez ici un petit guide de la chasse au Québec. Obtenez les réponses à vos questions, apprenez-en davantage sur le gibier le plus populaire, rappelez-vous l’essentiel sur les territoires et la réglementation, et découvrez des conseils pour une expérience de chasse réussie et sécuritaire pour tous.

Le rôle de la chasse dans la biodiversité

La chasse est bien plus qu’un sport et une activité économique. En effet, elle a comme rôle de protéger la biodiversité. Grâce aux réglementations mises en place dans chacune des zones par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP), la chasse vise à contrôler les populations des espèces pour préserver l’intégrité de la faune et de la flore locale. Lorsqu’elle est pratiquée dans les règles de l’art, elle permet de maintenir un équilibre sain du cheptel et d’effectuer des prélèvements.

Quels gibiers est-il possible de chasser au Québec?

La chasse au Québec peut se diviser en deux catégories de gibiers  : les gros gibiers et les petits gibiers. Les gros gibiers à chasser au Québec sont l’orignal, l’ours noir, le caribou, le coyote, le loup et le cerf de Virginie. En ce qui concerne les petits gibiers, il est possible de chasser le dindon sauvage, la perdrix, la gélinotte huppée, le tétras du Canada, le lièvre d’Amérique et le lagopède des saules. La chasse aux oiseaux migrateurs est également très pratiquée au Québec. Parmi les espèces d’oiseaux à chasser, on retrouve l’oie blanche, le canard, la bernache et plus encore.

Quel type de chasse est la plus populaire au Québec?

C’est la chasse à l’orignal. Elle attire non seulement les chasseurs québécois, mais aussi ceux de l’extérieur. Chaque année, environ 170 000 permis pour la chasse à l’original sont délivrés. La chasse au cerf de Virginie gagne également en popularité. À cet égard, 2020 a été la première année où les chasseurs pouvaient se procurer un second permis pour chasser ce gibier. Avec environ 18 000 permis délivrés chaque année, la chasse à l’ours noir représente aussi un important segment de la chasse au Québec.

Le petit guide de la chasse à l’orignal au Québec

Quelles sont les habitudes des orignaux?

Le succès de la chasse à l’orignal repose grandement sur l’apprentissage du comportement et des habitudes de cet imposant gibier. Pour savoir si un orignal est dans les parages, il faut reconnaître les signes de sa présence.

Voici 5 signes qui en témoignent :

1. Des sentiers tracés

L’orignal est un animal assez routinier. Pour préserver son énergie, il n’hésite pas à réemprunter les mêmes sentiers. Vu la grosseur de ses pattes, ses traces sont facilement repérables.

2. Des traces de dents sur les écorces

Lorsque les feuilles se font plus rares, l’orignal s’alimente d’écorces d’arbre, notamment celle de l’érable rouge. Pour savoir si ces traces de dents sont fraîches, recherchez de la sève encore odorante.

3. Les excréments au sol

Les excréments de l’orignal varient au gré des saisons. Ils sont fibreux lorsque les feuilles et les fleurs aquatiques se font rares et plutôt boueux quand ces sources d’alimentation sont abondantes.

4. Une souille de mâle

Une souille est un trou que le mâle creuse et remplit d’urine afin d’attirer les femelles pour la reproduction. Ces trous sont faciles à reconnaître en raison de leur odeur et de leur apparence très distinctive. Une souille très odorante est le signe d’un mâle à proximité.

5. Des arbres frottés

En automne, des marques sur les écorces à 3 ou 6 pieds de hauteur peuvent avoir été causées par le panache d’un mâle en rut.

Quels sont les meilleurs endroits pour chasser l’orignal au Québec?

L’orignal est présent dans plusieurs forêts du Québec, dispersées à travers la province. Toutefois, certaines régions sont reconnues pour la qualité de leur chasse à l’orignal. C’est le cas du Bas-Saint-Laurent, du Saguenay–Lac-Saint-Jean, des Laurentides, de la Mauricie, de la Gaspésie, de la Côte-Nord et de l’Outaouais, pour n’en nommer que quelques-unes. Règle générale : les forêts de feuillis matures et les forêts mixtes sont les habitats de prédilection des orignaux.

Comment bien choisir l’emplacement de sa saline?

La saline est un appât utilisé pour la chasse à l’orignal. Cet appât est fait de blocs de sel et il est parfois enrichi d’autres minéraux et nutriments. Le mirador est généralement situé près de la saline, à côté de sapins ou d’épinettes. Il est important de choisir un emplacement tranquille, en retrait, ombragé, humide et situé près d’une lisière marécageuse ou d’une dame de castor. La saline peut aussi être placée près des signes énumérés plus haut.

Les conseils pour une chasse à l’orignal optimale

Voici quelques astuces en vrac pour optimiser vos chances de déjouer ce grand cervidé :

  • Évitez d’utiliser votre VTT à proximité de votre saline.
  • Contrôlez vos odeurs avec les urines synthétiques ou de souilles.
  • Portez des vêtements propres et secs. Les vêtements humides sont plus odorants.
  • Placez deux blocs de sel sur le même site et variez les saveurs.
  • Restez à l’affût des vents dominants susceptibles de répandre vos odeurs et déplacez-vous en fonction de ceux-ci.
  • Préconisez la marche autant que possible, surtout sous la pluie et par temps venteux.
  • Imitez les comportements de l’orignal en adoptant un pas lent et en faisant des pauses constantes.
  • Personnifiez le géniteur en imitant ses lamentations constantes, en cassant quelques branches et en vous rapprochant de la femelle. Vous pouvez aussi utiliser un bois d’orignal.
  • Recherchez des ruisseaux ainsi que des zones ombragées et humides là où l’orignal se cache pour combattre la chaleur par temps chaud.
  • Ne vous exposez pas à découvert et déjouez sa vision.

Les territoires de chasse

Le territoire québécois est divisé en 28 zones de chasse , dont plusieurs sont subdivisées en sous-zones, qui prennent en considération la répartition des espèces. Dans ces zones se trouvent des terres publiques et privées. Certains territoires, comme ceux des zecs, des pourvoiries et des réserves fauniques , peuvent faire l’objet de règles spécifiques. Pour pouvoir chasser sur une terre privée, vous devez avoir l’autorisation d’accès. Quand vous chassez sur une terre publique, vous ne bénéficiez pas pour autant d’une exclusivité ou d’une priorité d’utilisation au détriment des autres amateurs de plein air.

Qu’est-ce que l’exclusivité des territoires de chasse?

L’exclusivité d’un territoire de chasse est déterminée par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP) au moyen d’un bail de droits exclusifs de chasse. Ces droits exclusifs sont généralement attribués aux pourvoiries. Les clients de ces pourvoiries sont donc les seuls à pouvoir chasser sur ce territoire délimité.

La réglementation

La réglementation sur la chasse sportive au Québec est mise à jour tous les deux ans, le 1er avril. Elle présente l’information que tout chasseur doit connaître : les périodes où la chasse est permise, les limites de prise, les armes autorisées, les permis requis, les règles de base, etc. Pour chasser légalement au Québec, il faut :

  • posséder un certificat du chasseur (ou piégeur) qui correspond à l’arme utilisée;
  • posséder un permis de chasse;
  • respecter les règles se rattachant au gibier chassé;
  • respecter les périodes et les limites autorisées;
  • respecter les règles générales ou les règles particulières qui s’appliquent à la pratique de la chasse;
  • être âgé d’au moins 12 ans pour la chasse à l’arme à feu et être accompagné d’un chasseur adulte si on a moins de 18 ans;
  • être âgé d’au moins 12 ans pour la chasse à l’arc ou à l’arbalète et être accompagné d’un chasseur adulte si on a moins de 16 ans.

L’éthique du chasseur

Un bon chasseur est un chasseur éthique qui respecte non seulement la loi, mais aussi l’animal, son environnement et les autres. L’éthique du chasseur va de la préparation de l’expédition de chasse jusqu’à la consommation de la viande. Un chasseur éthique est un chasseur responsable qui partage son territoire avec les amateurs de plein air et les autres chasseurs.

Astuces pour une expédition de chasse réussie

La chasse débute bien avant la saison! La préparation joue pour beaucoup et peut représenter la différence entre une expédition de chasse réussie et non fructueuse. Voici une liste de choses à prévoir et des conseils pour vous aider à planifier un séjour de chasse mémorable :

1. Choisir son territoire de chasse

Le choix de votre territoire dépend non seulement du gibier que vous souhaitez chasser, mais aussi des périodes, de la réglementation ainsi que du type d’hébergement et de forfait recherché. Si vous ne possédez pas de droit de chasse sur une terre privée, vous pouvez vous tourner vers les nombreuses pourvoiries et réserves fauniques du Québec qui offrent de nombreux forfaits de chasse, guidée ou non. Pensez toutefois à réserver!

2. S’informer sur les règles et la loi

Une fois que vous avez choisi votre territoire de chasse, assurez-vous de revoir la loi sur la chasse sportive et les restrictions qui s’appliquent à la zone de chasse choisie.

3. Rassembler l’équipement

Rien n’est plus fâchant que d’oublier du matériel essentiel à la maison. Voici donc un aide-mémoire afin d’être bien équipé pour la chasse :

  • Votre VTT et tout son équipement
  • Des articles de toilette et de premiers soins
  • La literie et l’équipement pour le séjour (selon l’équipement fourni sur place)
  • Les vêtements : bas de laine, gants de travail, souliers, pantalons, chemises, veste de laine, chandails de laine, sous-vêtements, imperméable, casquette et veste de chasse (fluorescente de préférence pour la sécurité), nécessaire de couture pour les réparations urgentes
  • Le matériel de chasse : carabine du calibre approprié, fronde pour abattre lièvres et perdrix pour la marmite, étui à carabine, munitions (ne pas oublier l‘ajustement des mires), urines synthétiques, permis de chasse, outils et matériel pour la réparation d‘urgence d‘armes, trousse de nettoyage pour carabine, jumelle, hache, cartes et boussole, couteaux, corde résistante, allumettes (contenant hermétique), sac de coton pour emballer la viande, collier de portage, galon à mesurer, scie à viande et lames Pour une liste de ce que comprend l’équipement propre à la chasse à l’orignal, cliquez ici .

4. Veiller aux formalités

Avant votre séjour, vérifiez que vous avez tous les permis ainsi que les assurances pour la chasse et la pêche nécessaires. Votre assurance VTT est-elle à jour? Votre permis d’arme est-il valide? Évitez les mauvaises surprises en vous assurant d’avoir tous les documents nécessaires. Ainsi, vous pourrez chasser légalement et en toute tranquillité d’esprit.

La chasse au Québec en temps de pandémie

Comme toutes les autres activités, la chasse sportive au Québec a dû se conformer aux mesures sanitaires mises en place par la santé publique afin de protéger les chasseurs et les communautés. En 2020, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP) a formulé des directives qui contraignent les chasseurs à ne pas se déplacer, ce qui a eu un impact important sur les pourvoiries, les réserves fauniques et autres territoires éloignés. En raison de la pandémie, l’obtention des permis et des certifications est également devenue plus difficile.

De plus, la chasse attire de nombreux visiteurs hors Québec qui n’ont pas pu visiter le Québec pour s’adonner à leur passion. Toutefois, plus de permis ont été délivrés aux chasseurs québécois qu’à l’habitude : plusieurs d’entre eux ont profité de la situation pour reconnecter avec la chasse. Le nombre d’orignaux abattus en 2020 n’a pourtant pas été à la baisse, contrairement aux années précédentes. Même chose pour la chasse à l’ours.

Voici quelques conseils du gouvernement du Québec pour chasser prudemment en temps de pandémie :

  • Privilégiez la pratique de la chasse sportive à proximité de votre domicile.
  • Utilisez des affûts ou des caches qui permettent de respecter les règles de distanciation physique de plus de deux mètres.
  • Si ces affûts ou caches sont partagés avec d’autres groupes de chasseurs, désinfectez-les au préalable.
  • Pour éviscérer vos gibiers, portez des gants jetables et nettoyez vos mains et vos outils dans un contenant d’au moins 4 litres d’eau savonneuse.
  • Concernant la sortie d’un gros gibier du site de récolte, veuillez, si possible, le faire seul ou avec une personne vivant à la même adresse que vous. Lorsque la réglementation le permet (ex. : orignal), privilégiez des découpes en quartiers afin de faciliter le transport. Si l’assistance d’une personne n’habitant pas à la même adresse que vous est nécessaire, respectez en tout temps les consignes de distanciation physique. S’il est impossible de le faire, assurez-vous de porter un couvre-visage.
  • Favorisez le magasinage de votre équipement en ligne et les services de livraison.
  • Déplacez-vous seulement avec les résidents de votre domicile. Prévoyez plus de VTT au besoin.
  • Profitez des services digitaux offerts en ligne comme l’achat des droits d’accès.

Sur ce, on vous souhaite une expérience de chasse au Québec des plus agréables!