08 Mars 2021

Pourquoi l’autonomie d’un véhicule électrique baisse-t-elle en hiver?

71871 4169 int_00_2103_380722_voitureelectriquehiver.jpg public://int_00_2103_380722_voitureelectriquehiver.jpg image/jpeg 124311 1 1615229515 int_00_2103_380722_voitureelectriquehiver.jpg image  Array Array Array   Array 500 980

Peu importe qu’on conduise une voiture électrique ou à essence, il est important de comprendre que les températures froides de l’hiver ont un impact énorme sur le rendement de la mécanique. D’ailleurs, il est intéressant de constater qu’il n’y a pas que les véhicules électriques qui sont pénalisés par la saison froide.

Saviez-vous qu’une voiture à essence peut consommer jusqu’à 30 % de carburant de plus durant l’hiver? Son autonomie est donc fortement diminuée. À bord d’une voiture à essence, on s’en rend toutefois moins compte en raison de la surabondance des stations-services et de la vitesse à laquelle on peut se ravitailler. Sachez toutefois que la perte d’autonomie d’une voiture à essence en hiver est presque identique à celle de la voiture électrique.

Mais avant d’aller plus loin, il importe de définir ce que signifie le mot « autonomie ». Non, il ne s’agit pas de la capacité d’une voiture à se conduire toute seule : attention de ne pas confondre ce mot avec l’expression « voiture autonome ». L’autonomie est plutôt le terme qu’on utilise pour évoquer la distance qu’un véhicule peut parcourir avec sa source d’énergie.

Pourquoi donc baisse-t-elle autant en hiver? Voici quelques explications.

Le chauffage

L’un des principaux facteurs qui affectent la performance d’une batterie l’hiver, c’est le système de chauffage qu’on doit laisser tourner afin de réchauffer l’habitacle. Contrairement à un véhicule à essence qui tire la majorité de sa chaleur directement du moteur, la voiture électrique dépend d’une chaufferette électrique qui tire son énergie de la batterie principale. Certains véhicules électriques, comme la Nissan LEAF, ont recours à une pompe à chaleur, laquelle serait, en théorie, beaucoup plus efficace, car elle sollicite moins d’énergie de la batterie.

Il est d’ailleurs facile d’effectuer sa propre observation à cet effet. Tentez d’éteindre le chauffage à bord d’une voiture électrique durant l’hiver. Vous remarquerez que l’autonomie du véhicule augmentera quasiment instantanément. Certains modèles, comme le Kia Niro EV, vont jusqu’à entièrement éteindre les commandes de chauffage et de climatisation afin de maximiser l’autonomie de la batterie dans le mode Eco+.

Il existe toutefois quelques trucs pratiques pour permettre à votre véhicule électrique de ne pas perdre trop d’autonomie en raison du chauffage. Les modèles, pour la plupart, offrent l’option de préconditionnement de l’habitacle. Cela consiste à activer le chauffage/climatisation pendant que le véhicule est branché, soit quelques minutes avant de prendre la route. C’est un peu comme une espèce de démarreur à distance. De ce fait, lorsque vous entrerez dans l’habitacle, celui-ci sera déjà chaud, et ce, sans que la batterie n’ait été sollicitée. Et une fois sur la route, vous pourrez baisser l’intensité du chauffage afin de simplement conserver une température ambiante. De cette manière, vous maximiserez l’autonomie de la batterie sans compromettre le confort.

La neige et la glace

Deux autres facteurs qui peuvent affecter l’autonomie d’une voiture électrique sont la neige et la chaussée glissante. Comme c’est le cas à bord d’un véhicule à essence, il arrive parfois qu’une perte d’adhérence se produise, ce qui force l’auto à faire du surplace au lieu d’avancer. Cet acte de faire glisser les roues requiert beaucoup d’énergie et peut avoir un effet néfaste sur l’autonomie. Il est donc fortement recommandé de laisser les systèmes d’antipatinage activés lorsqu’on conduit un VÉ l'hiver, question d’éviter que les roues ne tournent sur elles-mêmes trop souvent.

Il en va de même quand on roule dans une neige épaisse avec des pneus d’hiver, lesquels sont habituellement plus lourds que les pneus d’été. Cette combinaison créée souvent plus de résistance, ce qui gruge inévitablement plus d’énergie à la batterie.

Un peu de chimie

Même si l’habitacle d’un véhicule électrique est préconditionné, l’autonomie demeure basse quand il fait très froid. Normalement, on remarque une baisse significative (de 20 à 35 %) quand le mercure tombe sous les 5 degrés Celsius. Les choses s’amplifient quand on entre dans des froids extrêmes, soit sous la barre des -10 degrés.

Par exemple, une Chevrolet Bolt EV, dont l’autonomie annoncée est d’environ 415 kilomètres dans des conditions estivales, verra son autonomie baisser jusqu’à 250 kilomètres par grands froids, et ce, même si le chauffage est éteint. Mais pourquoi?

La réponse vient d’une simple explication scientifique! Bon, ce n’est pas si simple, mais tentons de vulgariser cela afin de mieux vous éclairer sur le sujet. Ce qu’il faut retenir, c’est que l’efficacité d’une batterie réside dans sa capacité à convertir l’énergie chimique en énergie électrique. Pour générer de l’électricité, des électrons doivent « nager » dans un électrolyte de liquide ou de gel. Plus la température diminue, plus les électrons deviennent, en quelque sorte, léthargiques, et plus ils ont de la difficulté à se déplacer dans une solution (l’électrolyte) qui devient de plus en plus dense. L’électron nécessite donc plus d’énergie pour se déplacer, ce qui réduit les performances de la batterie.

Ce phénomène est très comparable à l’exercice que vous faites au froid. Étant donné que votre corps a besoin d’énergie pour rester chaud, vous serez moins endurant que si vous pratiquez le même exercice l’été. C’est comme si la batterie devenait engourdie. Celle-ci s’épuise donc plus rapidement quand on tente de la solliciter.

La perte d’autonomie d’une voiture électrique en hiver est donc bien réelle et normale, tout comme il est commun de constater qu’une voiture à essence consomme plus quand le mercure baisse.

Sachez toutefois que les batteries des véhicules électriques évoluent à un rythme presque exponentiel. De plus, en branchant votre voiture à la maison quand elle n’est pas utilisée – chose qui se produit presque automatiquement quand on est propriétaire d’un VÉ de toute manière – vous permettrez à la batterie de toujours demeurer chaude et au maximum de ses capacités. Grâce à ces trucs simples et à une assurance auto adaptée, votre voiture électrique sera prête à affronter les durs mois de l’hiver.