04 Juin 2018

10 points à vérifier avant de renouveler son assurance entreprise

44573 957 int_00_1806_244923_img_blogue_10questions_980x500.jpg public://int_00_1806_244923_img_blogue_10questions_980x500.jpg image/jpeg 130221 1 1528225124 int_00_1806_244923_img_blogue_10questions_980x500.jpg image Array Array Array Array   500 980

Renouveler son assurance d’entreprise ne devrait pas être un automatisme ! L’entreprise et son environnement changent, et la couverture d’assurance doit refléter ces transformations. Voici 10 points à vérifier avant de renouveler sa police d’assurance entreprise.

1) Ma police est-elle bien adaptée à mon type d’entreprise ?

D’un secteur d’activité à l’autre, les besoins d’assurance des entreprises sont souvent très différents. Faut-il assurer le risque de perte d’exploitation en cas d’incendie ? Un entrepreneur en construction pourra probablement continuer le travail sur ses chantiers même si un feu se déclare dans ses bureaux administratifs. En revanche, pour un commerce de détail, l’impact financier d’un incendie peut être catastrophique.

Une multitude de facteurs affectent les besoins de couverture d’une PME : son volume d’affaires, sa localisation, les locaux qu’elle occupe, les équipements qu’elle utilise, les risques qu’elle fait courir à ses employés et à ses clients, sa vulnérabilité face à d’éventuelles catastrophes. Ces éléments varient grandement d’une entreprise à l’autre, et l’assurance d’une entreprise exige donc du sur-mesure.

2) Ai-je une évaluation juste des biens de l’entreprise ?

L’assurance doit servir à remplacer rapidement un bien endommagé ou disparu par un bien neuf équivalent. Il faut donc estimer le coût réel de remplacement des biens utiles à l’entreprise. Attention ! Il ne s’agit pas de la valeur comptable des biens ou de leur prix d’achat réel, mais bien de leur coût de remplacement. Par exemple, le prix de vente d’une machine a pu évoluer de façon très différente du taux d’indexation prévu dans le contrat d’assurance précédent. Et si la machine a été fabriquée à l’étranger, la fluctuation du cours des devises a pu amplifier cette variation de prix. D’où l’importance de se questionner sur tous les coûts de remplacement.

3) Une évaluation professionnelle est-elle requise ?

Si l’entreprise est propriétaire d’un bâtiment qui date de plusieurs années, il faut en estimer le coût de reconstruction, qui a très peu de lien avec sa valeur sur le marché immobilier. C’est l’un des cas où une évaluation professionnelle est utile, pour confirmer que la valeur assurée est suffisante.

4) L’entreprise a-t-elle déménagé ou ouvert de nouveaux locaux ?

Chaque espace physique présente des risques distincts. Un déménagement, l’ouverture d’un nouveau bureau ou d’un point de service ont certainement des répercussions sur la couverture nécessaire à l’entreprise.

5) Mon établissement principal est-il bien couvert ?

Si certains risques sont couverts automatiquement par les polices d’assurance, d’autres ne le sont que sur demande. Refoulement d’égout, inondation, tremblement de terre, ces risques peuvent toucher votre lieu d’opération. Il est important de se questionner si vous souhaitez l’ajouter à votre police d’assurance. En cas de sinistre, l’assurance est-elle suffisante pour permettre une relocalisation temporaire des activités, voire une reconstruction de l’établissement ? Si vos activités sont interrompues, à partir de quelle durée d’interruption l’assurance vous couvre-t-elle ?

6) Est-ce que j’ai procédé à l’installation d’un système d’alarme ou pris des mesures de protection contre le vol afin de protéger mes biens?

L’ajout d’un système d’alarme ou de sécurité permet de protéger vos biens contre les intrusions pouvant occasionner des pertes financières pour votre entreprise. En plus cette protection, pourrait vous permettre d’économiser sur votre prime d’assurance.

7) Qu’est-ce qui a changé dans les activités de l’entreprise ?

D’une année à l’autre, les activités d’une organisation évoluent. L’ajout de nouveaux produits et services peut nécessiter des ajustements à la couverture requise. Ainsi, un vendeur d’appareils de climatisation qui commence à offrir des services d’entretien et de réparation s’expose à davantage de risques en responsabilité. De même, une crémerie qui se lance dans la préparation de frites pour rester ouverte toute l’année doit aviser son assureur pour couvrir les risques liés à sa friteuse.

8) A-t-on embauché de nouveaux employés ?

Une augmentation des effectifs reflète habituellement une croissance du volume d’affaires. Même à effectifs constants, l’entreprise peut avoir créé des postes pour accueillir de nouveaux corps de métier, qui ne présentent pas le même profil de risque en responsabilité civile.

9) Mes marchandises sont-elles assurées pendant leur transport ?

Les fabricants, grossistes et détaillants qui livrent des marchandises ont avantage à valider que l’assurance couvre bien leur transport. Un accident en début de route de livraison, pour un camion plein de meubles ou d’électroménagers, peut entraîner une perte financière considérable.

10) Devrais-je couvrir des risques spécifiques ?

Chaque entreprise est un cas particulier. Elle peut courir un risque spécifique, qui justifie un avenant à sa police d’assurance. Par exemple, un entrepreneur qui utilise son équipement sur des chantiers peut demander un avenant pour couvrir cet équipement partout, en tout temps . Il peut être possible de le couvrir à sa pleine valeur sous certaines conditions. Votre assureur peut s’adapter à votre situation particulière : demandez-lui conseil sur les protections spécifiques qu’il peut vous offrir.