Le blogue

Les Cahiers de Catherine

Catherine Dufour et Promutuel Assurance

Décembre

Bonjour à tous! Pendant que vous vous préparez aux assauts de l’hiver, moi, j’ai pris la direction du Sud, plus exactement Cuba, pour mon camp d’entraînement annuel.

Outre le fait que j’apprécie particulièrement la destination, je m’y rends principalement pour remplir des objectifs sportifs précis.

 Les objectifs du camp d’entraînement

Ces cinq semaines d’entraînement ont pour objectif de m’aider à améliorer ma technique en formula et en hydrofoil.

 La nouveauté de l’hiver 2015

J’ai la chance d’être sur le site d'entraînement de Santa Maria. Il faut savoir que les spots les plus connus pour le kitesurf sont Cayo Largo, Cayo Coco, Cayo Guillermo et Cayo Santa Maria.

Des conditions météo acceptables

Dans les premières semaines, les vents légers ont contribué à l’utilisation d'un kite de 17 mètres.

Je ne suis plus seule!

Je suis heureuse de retrouver d’ici quelques jours mes partenaires d’entraînement, qui vont me donner gentiment, comme toujours, leurs précieux conseils.

La technique, indispensable à l’amélioration de mes performances

Sans la technique, eh bien, pas de critères de mesure, donc pas de possibilités d’amélioration. J’utilise un GPS pour mesurer la vitesse et l’angle de mon kite et pour mes simulations de courses. J’ai également une caméra vidéo pour observer ma position. Tout est bon pour m’aider à améliorer mes postures. Chacun de ces détails me conduiront vers une meilleure performance!

A bientôt et, d’ici là, joyeuses fêtes!

Catherine Dufour et Promutuel Assurance

Juin et juillet : ma tournée européenne 

Ma tournée en 4 chiffres :

  • 2 mois et demi en Europe
  • 1 camp d’entraînement
  • 6 compétitions
  • 3 podiums

Voilà le résumé de ce périple édifiant ! Bien sûr, en passant autant de semaines à l’étranger, j’en ai vécu des péripéties, des moments inoubliables et des rencontres avec des gens marquants ! Laissez-moi vous raconter mes expériences « sur » et « en dehors » de l’eau lors de cette tournée européenne…

Après l’Angleterre, cap sur la Turquie !

Après ma participation au championnat d’Angleterre et à la Coupe du monde de voile de l’ISAF (article précédent), j’ai pris le chemin de la Turquie. Je me suis rendue à mon camp de base européen, Gokova, l’endroit où j’ai passé tout le mois de mai dernier en camp d’entraînement de kiteboard racing et de kitefoil racing.

Repos à Gokova

Pour vous donner une meilleure idée de l’endroit, la baie de Gokova est entourée de champs où l’on cultive des oranges et des pommes grenades. Inutile de vous dire que j’en ai bien profité !

À mon arrivée en Turquie, j’ai passé quelques jours à récupérer. J’avais sept jours avant de repartir pour deux autres compétitions qui allaient se dérouler sur une île turque, Bozcaada, qui se trouve à huit heures de voiture de Gokova. J’en ai donc profité pour visiter les marchés d’épices et pratiquer mon turc ! La principale expression dont je me rappelle : « Naber kanka? », ce qui veut dire « quoi de neuf mon ami ? » Ça se prononce comme ça se lit, alors si jamais vous allez en Turquie, ça pourrait sans doute vous être utile ! ;) Sept jours, ça passe très vite ! Le vent était au rendez-vous tous les jours ! Il était ensuite temps de refaire mes bagages pour me diriger vers l’île de Bozcaada, une région de la Turquie où la nature est magnifiquement préservée.

Coup de cœur pour l’île de Bozcaada et reprise des compétitions !

Je suis originaire de l’Isle-aux-Coudres, dans Charlevoix et, en tant qu’insulaire, je me suis sentie assez fébrile de prendre le traversier et d’aller découvrir cette autre île, ses habitants et son spot de kitesurf ! Il faut vous imaginer une terre de 40 km2, environ 2 500 habitants, un terroir reconnu pour ses vignes et un vent qui souffle fort ! Je me suis sentie un peu comme chez moi !

J’ai participé à deux compétitions qui font partie du circuit international : le championnat européen de kiteracing et le IKA Bozcaada kitefoil racing. Je me suis classée respectivement au 4e et au 1er rang chez les femmes lors de ces événements. Chacune des courses a été extrêmement serrée. Pas de place pour l’approximation, ce qui a bien entendu rendu ces compétitions mémorables ! Après cette semaine de courses, retour au bercail : Gokova pour une semaine supplémentaire pendant laquelle j’ai initié mes hôtes au yoga après mes sessions d’entraînement sur l’eau ! J

De la Turquie à l’Italie !

Pour les dernières étapes, direction l’Italie, où j’ai participé à la Kitefoil Gold Cup et au Championnat du monde de kiteracing, à Gizzeria. À force de me promener de compétition en compétition, de site en site, les athlètes que j’ai côtoyés sont devenus une vraie famille. J’ai eu le bonheur de retrouver Adam, mon frère mexicain, en Italie. Depuis trois ans, chaque hiver, je vais passer plusieurs semaines dans la famille d’Adam, à La Ventana, pour m’entraîner et prendre part à la Gold Cup Mexico, une étape du circuit international de kitefoil racing. Adam a vraiment été d’un soutien inconditionnel en Italie. Lui et moi, on faisait nos courses durant la journée et on échangeait sur nos meilleurs et moins bons coups en soupant et en poursuivant la soirée. J’ai beaucoup appris pendant ces moments ! Après plusieurs défis physiques et des enjeux d’équipement, j’ai terminé au 5e rang à la compétition de kitefoil racing et au 9e rang à la compétition de kiteboard racing. Ce fut une grande expérience, riche en apprentissages de toutes sortes ! Et à la fin de ce périple en Europe… il était déjà temps de refaire mes bagages (encore une fois !) mais, cette fois-ci, pour rentrer à la maison ! J

Me voici de retour à l’Isle-aux-Coudres

Je suis maintenant sur mon île, au milieu du Saint-Laurent, depuis peu, et je suis fière de vous annoncer mes nouveaux classements : 4e rang mondial chez les femmes en kiteboard racing et 4e rang mondial chez les femmes en kitefoil racing. Ce qui m’anime ? La passion de mon sport, encore plus forte que jamais !

Mes chers lecteurs, la prochaine compétition, soit le championnat des Amériques, se déroulera en octobre au Brésil ! J D’ici là, bonne fin d’été à tous et n’oubliez pas de jouer avec nous sur Facebook pour tenter de remporter une initiation au kitesurf et, par la même occasion, de me rencontrer sur mon île bien-aimée ! À bientôt. 

catherine-dufour-promutuel-assurance catherine-dufour-kitesurf-promutuel
catherine-dufour-kitesurf-Promutuel catherine-dufour-kitesurf-promutuel

Mai : toujours plus fort, plus vite en Angleterre !

Ce dernier mois a été IN-CRO-YABLE ! J’ai participé à deux compétitions qui resteront gravées dans ma mémoire ! J’ai adoré le Championnat d’Angleterre à Exmouth pour l’intensité des courses ainsi que la beauté de l’endroit et j’ai également été éblouie par la Coupe du monde de voile organisée par l’ISAF (Fédération de voile internationale) à Weymouth pour sa renommée… C’est un site mythique pour moi. C’est exactement le plan d’eau où se sont déroulées toutes les compétitions de voile pendant les derniers Jeux olympiques d’été (Londres 2012) ! Bref, lieux mythiques = compétitions mythiques !

Les bonnes nouvelles pour ma discipline : le kitesurf racing

Ça y est, depuis le 1er juin dernier, le kitesurf racing est devenu une discipline officielle des Jeux olympiques de la jeunesse d’été qui seront organisés à Buenos Aires en 2018 ! Cette récente intégration de notre sport aux J.O. de 2018 est un pas de géant pour notre discipline et un signe prometteur pour notre introduction aux Jeux olympiques de 2020 qui se dérouleront à Tokyo. De mon côté, je vise une place sur le podium lors de ces jeux J !

Retour sur la Coupe du monde de voile à Weymouth

Depuis maintenant quelques années, l’ISAF inclut le kitesurf racing lors de ses événements d’envergure en tant que discipline de présentation. Après tout, nous sommes l’une des disciplines les plus performantes dans le monde de la voile ! La Coupe du monde de voile qui s’est déroulée à Weymouth est l’une des plus importantes compétitions de l’année et ça a été l’occasion pour nous, kitesurfeurs, de tester de nouveaux parcours en vue des Olympiques.

D’habitude, dans la plupart des compétitions de kiteracing, les courses durent en moyenne 20 minutes. L’objectif du parcours est d’atteindre une bouée, puis de la contourner et enfin revenir au point de départ. Durant ce type de courses, tous les participants effectuent leur départ au même moment.

Pendant la Coupe du monde de voile, le format était tout à fait différent. Tout d’abord, les courses ont duré en moyenne 5 minutes. De plus, les participants étaient séparés en groupes de quatre personnes au moment du départ. Personnellement, j’ai apprécié ce nouveau format. C’était très intéressant de côtoyer les athlètes des autres disciplines de voile pendant l’événement. J’ai fait la rencontre de Canadiens originaires de Colombie-Britannique qui participent aux compétitions dans la classe de Nacra. C’était vraiment emballant d’échanger avec eux et d’apprendre à les connaître.

Mon palmarès en Angleterre

Je suis très heureuse de mes résultats en Angleterre ! J’ai terminé en 2e position chez les femmes au Championnat d’Angleterre et en 2e position également chez les femmes à la Coupe du monde. Cet événement aura été une expérience inoubliable.

Tout d’abord, des conditions « challengeantes », des courses très serrées et, comme toujours, des rencontres extraordinaires… Peu importe où, peu importe quand, on trouve toujours une âme sœur au sein de chacune des communautés de kitesurf à travers le monde. Prochaine étape : Championnat européen de kiterace et le Kitefoil Open en Turquie ! :-) xxx

catherine-dufour-kitesurf-promutuel-assurance-angleterre 2


Avril : sous le soleil de Mexico !

Le printemps lance la saison des compétitions de « kitesurf », et ce voyage au Mexique a été un grand bonheur sportif et humain ! J’ai participé à la Gold Cup Mexico, un événement qui fait partie du circuit international de « kitefoil racing ». Et devinez quoi ? J’ai terminé à la troisième place ! J’étais tellement heureuse et fière de ce classement ! Il faut savoir que la course a été très serrée et le niveau des athlètes féminines, très élevé !

catherine-dufour-kitesurf-promutuel-assurance-mexique


Le circuit international de « kitefoil racing » existe seulement depuis 2014. Bien que la discipline soit jeune, le niveau des athlètes progresse très rapidement.Le circuit international de « kitefoil racing », mode d’emploi 

Imaginez un circuit de rêve dans quatre magnifiques destinations :

  • Mexique
  • Italie
  • États-Unis (San Francisco)  
  • Australie  

De mon côté, je compte bien participer aux étapes qui auront lieu en Italie (en ce moment même) et à San Francisco.

L’endroit où s’est déroulée la compétition se prénomme La Ventana, ce qui signifie « fenêtre » en espagnol. Et, croyez-moi, l’endroit porte bien son nom ! Il s’agit d’une fenêtre de vent sur la mer de Cortez. Tous les jours, du mois de novembre au mois d’avril, le vent se lève à 11 h et il couche à 18 h. Il est puissant et constant… comme une horloge ! 

La Gold Cup Mexico : une aventure humaine avant tout !

  • Les athlètes au grand cœur

Tous les athlètes y étaient, car ils ont à cœur le développement de cette discipline. Il y avait beaucoup de partage, d’entraide, de discussions, notamment sur la manière de s’améliorer en tant qu’athlète. Je me suis sentie vraiment privilégiée de faire partie de ce groupe de personnes, qui sont de véritables pionniers, avant-gardistes et grands passionnés.

  • Ma « petite famille » mexicaine

Gabor, Tundi et Olivia (une sœur pour moi) sont devenus, le temps de cette compétition, ma famille adoptive. Ils ont été pour moi d’un grand soutien.

Je suis très heureuse de pouvoir vous raconter ces moments, car c’est un peu comme si je les vivais avec vous ! Si vous souhaitez me suivre au jour le jour, voici ma page Facebook : facebook.com/Catherine-Dufour et mon compte Twitter : twitter.com/catherinedufour

catherine-dufour-kitesurf-promutuel-assurance-mexique

Mars : Suivez ma première session à Cuba !

 Allô à tous,

 Aujourd’hui, je vous parle de mon dernier camp d’entraînement en « kiterace », qui s’est tenu à Cayo Guillermo il y a quelques semaines. C’était la première fois que je me rendais à cet endroit pour naviguer, et je dois dire que ce ne sera pas la dernière ! J’avais apporté « dans mes valises » ma planche de « race », une grande planche avec trois ailerons d’environ 40 cm et un « kitefoil », une petite planche avec un mât et des ailes. Laissez-moi vous décrire le site : un paradis de plage au sable blanc et à l’eau turquoise.Un petit paradis de mer et de vent

Cayo Guillermo est un excellent endroit pour s’entraîner dans ma discipline, car les conditions de vent y sont très diversifiées.

catherine-dufour-kitesurf-promutuel-assurance-cuba

Mes objectifs lors de cette semaine d’entraînement

La beauté du « kitesurf » c’est que nous travaillons avec les éléments naturels, qui sont imprévisibles et changeants. Je dois développer mes capacités d’adaptation et être performante dans toutes les conditions de vent ou de plans d’eau (surface, courant, marée, etc.). Quand je suis arrivée sur le site d’entraînement, mon objectif était de passer le plus d’heures possible à naviguer afin de profiter au maximum de ces différentes conditions. Nous avions préparé, avec mon entraîneur, un programme pour chaque jour, à savoir :

  • 7 h à 8 h : session de yoga
  • 8 h 30 : petit-déjeuner
  • 10 h : première session de navigation de 60 à 90 minutes
  • 12 h : dîner
  • 13 h 30 : deuxième session de navigation d’une durée de 60 à 90 minutes.
  • 16 h : troisième session de navigation de 60 à 90 minutes
  • 19 h : souper
  • 22 h : dodo

En plus de tous les autres entraînements, sachez qu’une à deux fois par semaine, l’une des sessions de navigation était remplacée par une séance d’entraînement en salle de musculation ! Autant vous dire que, côté forme, c’était très complet :-)

catherine-dufour-kitesurf-promutuel-assurance-cuba

La mesure de mes performances

À votre avis, comment je m’y prends ?

En fait, lors de chaque session, je mesure principalement :

  • les vitesses atteintes
  • les angles par rapport au vent grâce à une montre GPS

Ensuite, je compare ces différents éléments avec d’autres athlètes et partenaires d’entraînement. Cela me permet de savoir où je me situe et comment je progresse.

J’effectue également des tests sur mes résultats en fonction de l’équipement utilisé. Par exemple, cela me permet de connaître l’impact sur mes résultats de l’utilisation d’une grandeur d’aileron ou d’une taille de voile. Afin d’améliorer mes performances, je vais encore plus loin dans l’observation de mes sessions de navigation en les filmant afin de les regarder et de les analyser par la suite. La simulation de courses, identiques à celles vécues en compétition, fait également partie intégrante de nos camps d’entraînement (avec bouées et séquences de départ).

Ma session à Cuba, un grand moment de bonheur !

Cette belle expérience m’a apporté de bons résultats. Mon entraînement à Cuba a été un véritable succès ! Je suis contente de ce que j’ai accompli là-bas. J’ai été en mesure de progresser, de repousser mes limites, d’affiner mes techniques de pilotage des voiles et de développer une meilleure compréhension de mon environnement. Le « kiterace » et le « kitefoil » sont de disciplines particulières et extraordinaires. Je suis honorée de pouvoir les pratiquer.

Que la saison de compétitions 2015 commence ! Le premier événement est dans quelques semaines à peine… Ce sera le sujet de mon prochain article ! 

catherine-dufour-kitesurf-promutuel-assurance-cuba

Catherine Dufour, retenez bien ce nom, est une « kitesurfeuse » habitant à l’Isle-aux-Coudres, et qui, pour les besoins de son sport, sillonne la planète à la recherche de nouvelles victoires ! Nous vous invitons donc à suivre Catherine tout au long de ses périples à la poursuite de son rêve.

Chez Promutuel Assurance, nous aimons beaucoup les grands défis et les personnes passionnées. Nous avons eu le bonheur de croiser Catherine Dufour dans son parcours et sommes ses heureux partenaires pour cette nouvelle saison. Savez-vous quels sont les objectifs de notre championne ?

  • En 2015 : se classer dans le Top 8 du Championnat du monde.
  • En 2016 : accéder aux sélections et se qualifier pour les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo !

 Nous savons que vous serez tous derrière notre athlète québécoise mais, avant tout, laissez-nous vous présenter sa discipline.

Comment ça marche ?

Le « kitesurf » est une discipline de voile tractée. Dans ce sport à très haute vitesse, la puissance du vent créé l'énergie pour faire avancer le « kitesurfeur ».  

Ainsi, pour exceller dans ce sport, il faut maîtriser la combinaison de deux activités, soit le pilotage d'un cerf-volant et la glisse sur la neige (« snowkite ») ou sur l'eau. 

Existe-t-il plusieurs formes de ce sport ?                                                                                  

Oui ! La beauté du « kitesurf » est qu’il se réinvente sans cesse. Il y a une grande diversité de styles et de disciplines :

  • le « freestyle » : avec des figures et sauts.
  • Les « vagues » : le cerf-volant est utilisé pour aller se positionner dans la vague et surfer.
  • Le « wake-style » : l’objectif est d’utiliser des rampes et des modules.
  • Le « racing » : la discipline de Catherine ! Cela correspond au même principe que celui des courses de bateaux à voile ou de planche à voile. Plusieurs bouées sont placées sur un plan d’eau afin de créer un parcours (souvent en forme de triangle). La distance entre chacune des bouées varie, et vous aurez deviné que l’objectif est de faire le tour des bouées le plus rapidement possible.

 Comment s’organisent les compétitions ?                                                                                    

  • La durée : une compétition ou « régate » s’étend sur 5 jours (4 jours de qualifications et 1 jour de finales). 
  • Le départ : 5 minutes avant le début de chacune des courses, tous les participants se trouvent « sous le vent » par rapport à la ligne de départ. Le décompte de 5 minutes est fait à l’aide de sirènes et de drapeaux. Chacun doit utiliser cette séquence de 5 minutes pour se positionner et, ainsi, avoir le meilleur emplacement lorsqu’il devra traverser la ligne de départ.
  • Le rythme : les participants doivent réaliser 4 à 6 courses par jour. Chacune des courses dure de 20 à 30 minutes.
  • La note : c’est la position obtenue à la fin de chacune des courses qui donne le pointage (et non la vitesse).
  • Le matériel : la discipline du « racing » est pratiquée avec deux types de planches : la planche de race  (3 ailerons) et l'hydrofoil (mât et ailes). 

Ce qui fait vibrer notre sportive 

« Je suis privilégiée de pouvoir vivre mes passions de front : le kitesurf et la compétition. Me trouver sur une ligne de départ est pour moi une poussée d'adrénaline incomparable. Pour moi le kitesurf est synonyme de dépassement et de réalisation de soi. Il nous faut travailler avec le vent, avec la nature, donc développer une grande capacité d'analyse de l'environnement et d'adaptation. C'est un sport complet (très physique, technique, stratégique et tactique). Le kiteracing est pour moi un nouveau mode de navigation. Je pourrais continuer à vous parler du kitesurf jusqu'à la fin de 2015 ! »

Et c’est ce que nous ferons ! Chaque mois, vous trouverez, sur notre page Facebook,  les aventures de Catherine au tour du monde ! Prochain épisode : une semaine de yoga au Costa Rica !

Vous aimez la passion de Catherine ? Vous souhaitez la soutenir ? Diffusez cet article sur les réseaux sociaux ! Vous avez une passion ? Laissez-nous votre témoignage dans les commentaires !

Auteur: Promutuel Assurance

Ajouter un commentaire
blog comments powered by Disqus
';

Un toutou intelligent

Ubooly est une peluche qui est non seulement la meilleure amie de votre enfant, mais elle fait aussi office de pédagogue pour lui apprendre à grandir tout en s'amusant...

Lecture : 2 minutes